Les japonaises et la blépharoplastie asiatique : ou comment aller à l’encontre de l’identité collective d’une nation

Dans un monde de plus en plus globalisé avec le développement des réseaux sociaux, la place prépondérante du web et où les frontières tombent parallèlement aux nouvelles lignes aériennes créées chaque jour, la mode et la surconsommation de biens uniformisés gagnent du terrain.

Cette tendance n’épargne aucun secteur, aucune culture, aucune nation. Le monde s’uniformise et on veut tous ressembler à des stars, qu’elles soient du ballon rond ou du showbiz, en portant les mêmes tenues ou les mêmes coiffures à défaut d’avoir leurs comptes en banque. Depuis quelques années la chirurgie esthétique offre une nouvelle forme d’illusion qui vous permet de ressembler à votre star préférée à l’image de cette jeune américaine ayant dépensé 420 000 € de chirurgie esthétique pour ressembler à Kim Kardashian.

Dans certains cas, on constate que cette volonté de changement peut gagner tout un pays  ou toute une communauté à l’image de la rhinoplastie esthétique qui permet aux noirs de pouvoir affiner leur nez. Cette chirurgie esthétique qui vise à embellir le nez et à le remodeler connait un succès sans précédent auprès de la communauté afro-américaine aux Etats-Unis. Cette volonté de ressembler à des canons de beauté de « blanc » ne date pas d’hier. Dans les années 60, le défrisage des cheveux crépus est apparu et connu un succès sans précédent.

Cette tendance gagne aujourd’hui d’autres contrées et d’autres lieux. Ce sont en effet les asiatiques et plus particulièrement les japonaises qui cherchent à bénéficier d’une nouvelle chirurgie esthétique : la blépharoplastie asiatique.

Lorsque elles sont interrogées sur leurs motivations, certaines japonaises, venant se faire débrider les yeux, affirment qu’elles le font pour augmenter leur champ de vison ou pour donner un aspect plus éveillé et plus jeune à leur regard habituellement trop fermé à leur goût. Une toute petite minorité de femmes avouent éprouver quelques complexes sur le physique typiquement asiatique et tendent à vouloir ressembler à ces stars occidentales, égéries des plus grandes marques de cosmétique et de mode.

Un autre aspect vient nous conforter dans cette modeste analyse avec la question suivante : pourquoi les personnages de manga japonais sont-ils dessinés avec de grands yeux occidentaux ? Beaucoup d’hypothèses circulent à ce sujet, on parle de la passion d’Osamu Tezuka, le pionnier de ces bandes dessinées, pour les personnages de Walt Disney et plus particulièrement pour Bambi.

La réponse se trouve, peut-être, dans l’identité collective inconsciente de la nation japonaise. Pour un archipel ayant vécu de nombreux siècles en totale autarcie, tout ce qui n’est pas japonais est “gaijin”, de l’extérieur. Les japonais ne vous diront jamais qu’ils sont asiatiques : ils sont japonais, point. La blépharoplastie asiatique serait-elle un moyen pour les japonais de se différencier encore plus de leurs voisins du continent